Antonin Artaud par ManRayJ'ai en commun avec Antonin Artaud plusieurs points sensibles.

Tout d'abord, j'ai été saisi vers l'âge de 19 ans par la beauté de ses textes poétiques et théâtraux.

C'est d'ailleurs grâce à son recueil "L'Ombilic des Limbes" que j'ai fait fortuitement en 1972 la rencontre qui a été sans doute la plus décisive de ma vie (cf le texte "Une rencontre inattendue", publié sur ce blog le 7 juillet 2016).

Un peu moins d'une quarantaine d'années plus tard, je me souviendrai également, hélas en meilleure connaissance de cause, de ces phrases parues dans le XIIème tome de ses oeuvres complètes chez Gallimard:

"La bonne santé de tous vient de la maladie de quelques uns.

La bonne santé des uns vient de la maladie des autres.

...

J'ai passé 9 ans dans un asile d'aliénés.

On m'y a fait une médecine qui n'a cessé de me révolter.

Cette médecine s'appelle électro-choc, elle consiste à mettre le patient dans un bain d'électricité, à le faudroyer,

on le dépiaute nu

et on expose son corps aussi bien interne qu'externe au passage d'un courant

venu du lieu, où on n'est pas et où on devrait être pour être là.

 

L'électro-choc est un courant qui a été fait n'importe comment,

et qui rend le corps,

le corps somnambulique interne

stationnaire

afin de le mettre sous le coup de la loi

arbitraire de l'être,

l'état de mort

par arrêt du coeur"

 

Antonin Artaud a été également un grand homme de théâtre, un acteur prodigieux, un théoricien du théâtre, l'inventeur du Théâtre de la Cruauté.

Longtemps, j'ai lu et récité par coeur de grands extraits de "Pour en finir avec le jugement de Dieu". C'est une création radiophonique d'Antonin Artaud qui fut enregistrée dans les studios de la radio Française entre le 22 et 29 novembre 1947. Cette création radiophonique était une commande de l'Office de Radiodiffusion Télévision Française (ORTF). Elle devait être diffusée le 2 février 1948 mais le directeur de l'ORTF décide de la censurer à la veille de sa diffusion. Il faudra attendre 25 ans pour l'entendre sur les ondes. Le texte subversif choque, sa mise en onde détonne. Artaud y parle, crie, hurle : poésie de la cruauté, éructation verbale dénonçant l'ordre moral, religieux et, détruisant tous les tabous... L'oeuvre est précédée par une introduction de Roger Vitrac : personnalité d'Artaud, son oeuvre, ses activités d'acteur chez Dullin et au cinéma. Ses poèmes. Son activité théâtrale, son influence. Les textes sont lus par Maria Casares, Roger Blin, Paule Thevenin et l'auteur lui-même. L'accompagnement était composé de Cris, de battements de tambour et de xylophone enregistrés par Antonin Artaud. Cette version est celle choisie par l'auteur pour être diffusée : coupure du 1er texte faite à la demande de l'auteur après écoute du montage. C'est ici le 2ème texte enregistré qui est utilisé. (Tome 13 des Oeuvres complètes et lettre du 17 février 1948 A René Guignard).

Voici cet enregistrement audio que l'on peut trouver et télécharger sur le site de l'INA pour une somme très modique (environ trois euros):

 

Pour en finir avec le jugement de Dieu

"Pour en finir avec le jugement de Dieu", est une création radiophonique du poète français Antonin ARTAUD qui fut enregistrée dans les studios de la radio Française entre le 22 et 29 novembre 1947.

http://www.ina.fr