Depuis que j'ai eu une opération du système digestif fin janvier 2017, mon alimentation repose pour beaucoup sur les pâtes, le riz et les pommes de terre, sinon je suis sujet à des crises intestinales impromptues, pénibles et douloureuses. Cela semble s'améliorer petit à petit, mais pas bien vite à mon goût (c'est le cas de le dire).

 

Donald Trump et le fast foodRemarquez qu'il y a encore plus drastique comme menu: celui de Donald Trump. Mais dans son cas, c'est volontaire. A en croire un article du Monde paru cette semaine, les repas du président américain se résument exclusivement à quatre éléments: McDonald, Kentucky Fried Chicken, pizzas, et Coca Cola Light (dont il boirait neuf cannettes par jour). Cela fait penser forcément au livre "Vous êtes ce que vous mangez"; dans le cas de Trump, j'ai bien peur que cela ait eu des effets non seulement sur son corps, mais aussi sur le contenu et le fonctionnement de son cerveau, et que ce soit désormais irréversible, même s'il se reconvertit au quinoa et au thé de trois ans. C'est un peu embêtant pour un individu qui peut envoyer à tout moment des dizaines de missiles nucléaires sur n'importe quel point de la planète (et ensuite de réclamer la facture au pays récepteur, comme pour le Mexique avec son projet de mur entre les deux pays). Mais il paraît qu'il adore ce genre de nourriture uniquement parce qu'il a peur d'être empoisonné; la confiance règne à la Maison Blanche! et est-il vraiment impossible de mettre du poison dans un McDonald ou dans du Coca Cola Light?

Quoi qu'il en soit, selon Le Monde, Donald Trump compte obliger les autres pays à s'aligner sur son mode d'alimentation, en s'appuyant sur les traités de libération des échanges. C'est déjà en cours pour l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud. Au fait, pour l'Europe, où en est-on avec le TAFTA?

 

Essayons donc d'éviter le modèle trumpien.

 

Tiens, justement, dans le Monde daté daté du 21 décembre, il y a tout un article sur les effets de la consommation des poissons et des fruits de mer, animaux bien sympathiques au demeurant. En fait, je n'ai pas trouvé grand chose de bien nouveau.

 Il est dit qu'on y trouve toutes sortes de produits pouvant servir à une quincaillerie bien achalandée: aluminium, antimoine, arsenic, cadmium, césium, chrome, cobalt, étain,nickel, plomb, vanadium, mercure. Que les écologistes se rassurent, on n'a pas trouvé d'uranium, donc il n'est pas encore préconisé d'entourer les étals des poissonneries d'écrans de plomb. Mais il faut éviter de manger trop de poisson et de fruits de mer. Voilà un article qui n'a pas dû faire plaisir aux pêcheurs et aux ostréiculteurs, à l'approche des fêtes de fin d'année.

Thalassa et 50 millions de consommateurs avaient d'ailleurs fait une enquête édifiante sur les vertus du saumon bio. J'en ai trouvé un extrait pour que vous puissiez vous en faire une idée; on peut en déduire qu'il faut savoir choisir entre le moins bon et le pire.

 

pêche électriqueA mon avis, il ne faut pas attendre d'amélioration prochaine, même si Nicolas Hulot renonçait à quelques uns de ses véhicules à moteur. En effet, le 21 novembre dernier, sous la pression des pêcheurs hollandais, la commission de la pêche du Parlement européen a voté en faveur du développement de la pratique de la pêche électrique, technique qui consiste à lancer un filet qui parcourt les fonds marins et envoie une décharge électrique aux poissons. Comme les métaux lourds sont précisément, par définition, lourds, ils vont au fond de l'eau, et il doit y en avoir plein dans les sédiments, que l'on retrouvera dans les poissons. Remarquons qu'on peut faire un autre raisonnement qui va en sens contraire: comme la technique va épuiser encore plus vite les gisements de pêche, les poissons vont disparaître plus rapidement, et le problème sera réglé. C'est sans sans doute ce genre de bienfait que les économistes et financiers attribuent à "la main invisible du marché".

 Mais, finalement l'espèce humaine sera peut-être plus intelligente qu'on peut l'imaginer au vu des dernières centaines de millions d'années.

Ainsi j'ai trouvé sur facebook une vidéo qui me paraît développer des propos fort sensés. Je vous laisse la regarder. On commence à y expliquer que le développement rapide du vegan est en grande partie dû au fait que l'industrie alimentaire y a détecté une source formidable de profits, et qu'il peut masquer des pratiques détestables. Plus intéressant, on y trouve ensuite des conseils pratiques sur l'alimentation.

Un problème toutefois, c'est qu'il n'est pas si évident de trouver, comme il est dit dans la vidéo, un petit producteur agricole à moins de 15 minutes de chez vous, quand on habite dans une grande agglomération. Quels sales types, ces gens qui habitent dans les villes!

Allez, vous reprendrez bien un peu de pâtes ou de riz?

 



https://www.facebook.com/1565652333679588/videos/2058378717740278/?id=100009934336684&fref=pb&hc_location=friends_tab&pnref=friends.all